«  Octobre 2019  »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31

Le Rideau de Lonzée

Histoire.

Avant la deuxième guerre mondiale, il y avait 2 troupes de théâtre à Lonzée.

Une troupe mixte dans laquelle jouait, entre autres, madame Élisabeth Leroy qui y a tenu de grands rôles. Les représentations avaient lieu en la salle Quinaux, salle privée située à l'arrière d'un café, dans la rue de l'Église, à hauteur de la rue de la Gare. On y jouait des pièces à succès en français, de Paul Depas notamment, mais aussi en wallon comme le toujours succulent "Li p'tit mitan". La troupe fut dirigée par Monsieur Maurice Vandemeuse. Son fils, Baudouin, tout jeune, y tint des rôles. Il gère aujourd'hui sa propre troupe à Bruxelles "La Compagnie Yves Baudouin". Monsieur Camille Piette, à l'accordéon, animait les entractes et le bal musette qui suivait. Denis Quinaux y chantait comme Luis Mariano. Durant la guerre, les bénéfices servaient à constituer des colis destinés aux prisonniers. La troupe cessa à la fin des années 1950 !

Au "patronage", l'actuelle salle Saint-Roch, à la même époque, "La Dramatique Saint-Roch", troupe exclusivement composée d'hommes, donnait 3 "concerts" par an. On y joua Molière ! Les soirées étaient copieuses. Chacune comprenait une entrée musicale donnée par la fanfare où excellait monsieur Aimable Mouthuy, chef d'orchestre et trompettiste virtuose. Suivait une comédie dite en français, en 1 acte. Les spectateurs attendaient ensuite le drame en 3 actes pour verser une larme ... bienfaisante. Aucune soirée ne se terminait sans une truculente pièce en wallon ! Pendant les intermèdes, on chantait gaiement.

Après la guerre, dans la même salle, les femmes aussi se mirent à donner des "concerts". C'était la troupe de la ligue des femmes ! La soirée commençait par une divine comédie et se poursuivait par un drame des plus poignant. Pendant les entractes, des actrices chantaient "bonbons, caramels, chocolats" comme dans les cabarets parisiens et jetaient des "violettes impériales" dans le public. Les 2 troupes cessèrent de donner spectacles vers 1965.

C'est le Patro qui prit le relais durant une dizaine d'années sous la houlette de messieurs Paulus et Bologne. On se souvient du "Secret du pompon rouge", "Ces dames au chapeau vert", "Le pain du cœur". Peu à peu, néanmoins, la télévision éteignit les feux de la rampe.

En 1994, à Lonzée, dans les locaux de l'école libre mixte, se crée une nouvelle association : "Le Rideau de Lonzée". Plusieurs réunions s'ensuivent au cours desquelles, une pièce est choisies, deux dates sont arrêtées et le mercredi devient le jour de répétition. Et le 28 janvier 1995, vers 20h, les estomacs se nouent, les visages se crispent et les lèvres tremblent. En effet, c'est le jour J, l'heure H, le point de non retour, la troupe du "Rideau de Lonzée" entre en scène pour sa toute première représentation d' une comédie en 3 actes de Scarnicci et Tarabusi, mise en scène par Georges Bologne : "Caviar ou Lentilles".

Cette même année, étant donné la difficulté que rencontre le comité à trouver un rôle à chacun, il décide de jouer 2 pièces par soirée. Et c'est pour cette raison, qu'en 1996, sous la direction de Léopoldine Pétrisse, la troupe se produit en première partie dans : "Mon mari s'endort ..." de Claude Gével et en seconde partie dans : "Misère et Noblesse", comédie en 3 actes de Scarpetta.

En 1997, vu l'augmentation sensible du nombre de spectateurs, le comité prend la décision d'ajouter une représentation. Et donc, de 1998 à 2000, les acteurs jouent à trois reprises au lieu de 2. Et en 2001, pour la même raison, le nombre de représentations passera de 3 à 4. De plus, cette même année, "Le Rideau de Lonzée" change ses statuts et devient une ASBL.

C'est en 2002 que la troupe enregistre son record d'entrées avec près de 500 spectateurs venus voir "La chambre mandarine", une comédie de boulevard en 8 scènes de Robert Thomas.

En 2004, à l'occasion de ses 10 ans, "Le Rideau de Lonzée" présente "La nuit du 16 janvier" : un procès en assises au cours duquel, 12 spectateurs volontaires composaient le jury et donc, prêtaient serment, délibéraient, etc ...

Pièces déjà jouées :

  • 1995 : Caviar ou lentilles de Scarnicci et Tarabusi.
  • 1996 : Mon mari s'endort comédie en 1 acte de Claude GÉVEL.
  • 1996 : Misère et noblesse comédie en 3 actes de Scarpetta.
  • 1997 : Un geste pour un autre comédie en 1 acte de Jean TARDIEU.
  • 1997 : Les fiancés de Loches vaudeville en 3 actes de Georges FEYDEAU.
  • 1998 : L'homme explosif comédie en 1 acte de Picq et Ferrary.
  • 1998 : On attend l'inspecteur pièce policière en 3 actes de Marcel DUBOIS et Jean de MARCHENELLES.
  • 1999 : Chouette, je chôme! comédie comtemporaine en 5 actes du belge Michel LOQUY.
  • 2000 : Léon comédie burlesque en 4 actes de Claude MAGNIER.
  • 2001 : Mon Dieu, mon Dieu, tout mais pas ça ! comédie en 2 actes de Ray COONEY.
  • 2002 : La chambre mandarine comédie de boulevard en 8 scènes de Robert THOMAS.
  • 2003 : Machin-chouette comédie en 3 actes de Marcel ACHARD.
  • 2004 : La nuit du 16 janvier procès en cours d'assises de Ayn RAND.
  • 2005 : When we are maried : Pour le moins bon et pour le pire comédie de J-B PRIESTLET et traduction de L BOXUS.
  • 2006 : Il était une gare comédie de boulevard en 5 actes de Jacques DEVAL.
  • 2007 : Pétard, ça déménage ! comédie de gags et gaffes en 2 actes de Claude SCHMIT.
  • 2008 : Diable d'homme de Robert LAMOUREUX.
  • 2009 : Tapage nocture pièce en 2 actes de Marc-Gilbert SAUVAJON.
  • 2010 : La maison est close de Alain GIBAUD.
  • 2011 : Ainsi soit-t-il
  • 2012 : Le serment d'Hypocrate
  • 2013 : L'âme de fonds de Claude HUSSON
  • 2014 : Camille et Chloé

Les acteurs.

  • Vincent ADAM
  • Sylvie BAUDINE
  • Laure COLLET
  • Valentin COLLET
  • Stéphane DEPRET
  • Anne-Marie ELVETICI
  • Charlotte FIGUEROA
  • Tanguy HENDRIX
  • Frédéric LIBERT
  • Henri PETIT
  • Patsy RENARD
  • Géraldine VENTURINI
  • Anne-Marie WEEMAELS

Régie son, lumière et décors.

  • Gilbert LEROY

Costumes.

  • Josiane LUCAS

Coiffure et maquillage.

  • Pascale LIEVENS

Mise en scène.

  • Léopoldine PÉTRISSE


Source : Frédéric LIBERT & Vincent ADAM.